DSC_2441-ok

Les 10 plus belles maisons de Marseille

Ces dernières années ont vu l’arrivée à Marseille d’importants projets de revalorisation de son centre historique et de son front de mer : plusieurs réalisations emblématiques par de grands noms de l’architecture ont contribué à modeler l’identité contemporaine de la ville avec des programmes prestigieux . On pense notamment au bâtiment de la FRAC, dessiné par l’architecte japonais Kengo Kuma, ou au Pavillon du Vieux Port réalisé par l’atelier Foster + Partners. Le désormais célèbre MuCEM, dont la livraison a coïncidé avec la remise du titre de Capitale européenne de la culture à Marseille en 2013.

Mais le prestige de ces projets de vitrine s’est accompagné d’une modernisation générale de la ville. En dépit d’une architecture traditionnelle très ancrée dans l’identité provençale, les maisons d’architectes ont commencé à se multiplier à Marseille depuis les années 2000 et poussent le tissu urbain à évoluer. Voici dix exemples de ces percées contemporaines.

1/ La Maison CAP, par ACAU Architectes

Située dans un milieu architectural très hétéroclite, au cœur du 6ème arrondissement de Marseille, cette maison a été construite sur une petite parcelle orientée Nord-Sud. Les propriétaires ont fait entièrement confiance aux architectes pour tirer le meilleur parti de cet environnement confiné de l’hypercentre marseillais : le résultat est un contraste sobre de béton brut aux lignes simples qui s’accroche à la rue pour laisser un espace extérieur raisonnable à l’arrière de la parcelle. En mettant à profit les contraintes matérielles et financières de la construction, les architectes ont livré une solution élégante qui se démarque du tissu environnant tout en revendiquant sa singularité. Les pièces de vie sont situées tout au sommet pour bénéficier de la vue la plus étendue possible, et s’agrémentent d’une terrasse au sud. Les façades porteuses libèrent les étages de toute contrainte structurelles et intègrent un escalier unique qui dessert toute la maison jusqu’au toit-terrasse, le dernier est le plus spectaculaires des trois espaces extérieurs de la propriété.

  

1 - ACAU Architectes (2)

1 - ACAU Architectes (3)

Photos: ACAU Architectes

2/ La Grange de mon Père, par MJ Architectes

Les maisons de la campagne autour de Marseille sont souvent empreintes d’un souvenir familial important et d’une histoire visible autant sur leurs tuiles que dans la végétation qui les entourent. Cette extension d’une maison, à Aubagne, cherche à mettre en valeur l’architecture traditionnelle et le paysage environnant. Décollée du volume principal, elle le laisse pour ainsi dire intact, tout en installant dans le vide ainsi créé un patio extérieur, répondant aux contraintes climatiques de la région. Les façades sont composées de lame de pins lasuré blanc, la toiture et les menuiseries d’aluminium galvanisé laissé naturel : l’ensemble s’affirme comme une réponse à la fois très contemporaine et très humble, refusant de prendre le pas sur la construction ancienne.

DSC_2441-ok

DSC_2664-ok

DSC_2515-ok

Photos: Michael Jan

3/ Maison 3, par Marion Bernard

Le très chic 8ème arrondissement de Marseille accueille cette vieille demeure bourgeoise, qui a été gratifiée en 2012 d’une extension ultramoderne. Les architectes ont dessiné toute une structure de béton pour habiter la cour et le jardin à l’arrière de la propriété, en cœur d’îlot. Auparavant à la vue de tous les immeubles alentours, cet espace négligé est devenu une pièce de vie à part entière. Ce « jardin habité » se constitue d’une canopée minérale percée de larges ouvertures qui laissent passer la lumière du soleil tout en offrant aux habitants plus d’intimité. Cette structure émane d’une pièce supplémentaire, construite à l’arrière de la maison et servant de nouvelle salle à manger. Les ouvertures délimitent quatre espaces distincts dans le jardin, chacun destiné à une fonction nouvelle par les architectes : une salle à manger extérieure, un petit bassin et des espaces plantés. En attendant ces éventuelles réalisations, ces espaces sont recouverts au sol de mosaïques décoratives réalisées par Guillaume Sarda et Nelli David. Invisible depuis la rue mais au cœur du paysage dans l’ilot, cette réalisation est un exemple d’architecture sensible et fonctionnelle, puisqu’elle s’appuie sur la recherche de nouveaux usages au jardin urbain.

House-rehabilitation-in-Marseille-Marion-Bernard-Agency_dezeen_ss_40

House-rehabilitation-in-Marseille-Marion-Bernard-Agency_dezeen_468_24

House-rehabilitation-in-Marseille-Marion-Bernard-Agency_dezeen_ss_31

Photos: Thomas Maileander

 

 

Moi aussi je veux de l'architecture de qualité !

 

 

 

4/ La Maison de la Garde, par CCD Architecture

Même la colline de Notre-Dame-de-la-Garde n’est pas épargnée par l’évolution architecturale de son bâti : au bout d’une impasse se trouvait une dent creuse, résultat d’une démolition inachevée. Ce vide inexploité est devenu l’accès vers un terrain de pente douce, avec une vue imprenable sur la ville, terminé par une falaise verticale de 70 mètres. C’est là que les architectes ont construit deux maisons mitoyennes pour deux couples d’amis animés de la même passion du lieu. Le rez-de-chaussée est un plateau continu de l’intérieur à l’extérieur, offrant une magnifique terrasse de basalte de Syrie. On y accède principalement par une grande porte industrielle escamotable, dont la disparition dématérialise la façade en insistant sur le mélange du dedans et du dehors. Les deux plateaux supérieurs, contenant les pièces de nuit, sont percées de plus petites fenêtres, à la vue plus limitée et plus intime. Elles sont en revanche baignée d’une lumière naturelle provenant du patio intérieur qui perce le centre de tout ce volume allongé.

1

3

4

Photos: CCD Architecture

5/ La Maison-Piscine, par MOA Architecture

Voilà un projet de rénovation spectaculaire qui respecte les pierres de ce vieux mas à Saint-Cyr sur Mer : à l’origine orienté vers la rue, les architectes de l’agence MOA ont complètement restructuré le bâtiment pour le tourner vers la mer et lui offrir une facture beaucoup plus contemporaine. Mais la plus belle surprise se trouve tout au sommet : le toit de la maison a été transformé en une grande piscine où l’on accède par une île, elle-même desservie par un escalier intérieur. Comme le disent les architectes, « c’est sur le toit et les pieds dans l’eau qu’il nous est donné d’admirer la cerise sur le gâteau de ce projet hors du commun. » Ce bijou technique couronne les deux principales façades, l’une historique et l’autre entièrement neuve, au point qu’elles se questionnent l’une-l’autre. C’est un exemple merveilleux d’architecture vernaculaire qui prend pied dans le XXIème siècle.

1

3

2

Photos: Philippe Ruault

6/ La Maison Bioclimatique, par T3 Architecture

On peut difficilement parler d’architecture contemporaine sans prendre en compte les nouvelles techniques de construction durables. L’architecte Christophe Pinéro, de l’agence T3 Architecture, a décidé de créer, pour cette maison, une serre bioclimatique : ce dispositif architectural utilise la pleine exposition au sud et l’effet de serre pour chauffer la maison en hiver, tout en évitant la surchauffe l’été grâce à de simples techniques de ventilation naturelle. Le climat de Marseille est bien sûr tout indiqué pour utiliser de tels systèmes de construction passifs, grâce auxquels la température intérieure se régule avec un minimum d’énergie. Ajoutons à cela le plaisir lumineux et spatial d’une grande véranda dans la maison : une pièce à vivre supplémentaire qui aide à faire des économies d’énergie ! En l’occurrence, la serre bioclimatique est couplée à un mur trombe, un autre dispositif de construction qui sert à emmagasiner le rayonnement solaire au cours de la journée pour en restituer la chaleur naturellement la nuit tombée.

3 - Christophe Pinéro

6 - Christophe Pinéro

8 - Christophe Pinéro

Photos: Matthieu Chauvin

7/ Pop-Up House, par Multipod Studio

La maison passive prend de l’ampleur dans les nouveaux projets d’architectures, et il n’est pas surprenant que de nouvelles techniques fassent leur apparition sur le marché : c’est le cas de cette maison d’un nouveau genre imaginée à Marseille mais constructible partout en France. Corentin Thercelin, fondateur de Multipod Studio, a mis au point un système constructif simple associant des blocs isolants de polystyrène et une ossature de bois pour réaliser très rapidement des maisons à énergie passive. Le prototype de la maison de 150 m² a été construit sur le technopole de l’Arbois en quatre jours par une équipe de quatre personnes, mais plusieurs itérations ont depuis vu le jour un peu partout en France. Les créateurs de ce concept innovant rappellent que la malléabilité des matériaux permet de nombreuses variantes de construction en fonction des goûts et des besoins des propriétaires, le tout avec un coût de mis en œuvre très bas.

4 - Multipod Studio

7 - Multipod Studio

8 - Multipod Studio

Photos: Multipod Studio

8/ VillaRic, par TOGU

Un petit paradis architectural suspendu au dessus de la ville dans une structure de verre constitue cette villa dessinée sur les hauteurs du 7ème arrondissement de Marseille. Cette maison est un questionnement constant sur les frontières en intérieur et extérieur et fait la part belle à la nature qui l’entoure : les grands chênes du terrain ont été un facteur déterminant du projet. C’est aussi un jeu de miroirs entre les immenses pans vitrés qui sculptent l’espace, la piscine, et la mer. C’est enfin un projet d’art, où la nature est un chef-d’œuvre autant que les multiples pièces exposées de la collection des propriétaires.

1 - Jean Michel Sordello

2 - Jean Michel Sordello

3 - Jean Michel Sordello

Photos: Jean-Michel Sordello

9/ La Maison M, par Fatosme & Lefèvre Architectes

Construite entre ville et nature, cette maison pousse chaque ouverture à devenir un tableau sur l’environnement : alors que la façade Nord donne sur la rue, protégée par des arbres qui forment un tampon avec la ville, la façade Sud offre un panorama libre sur une pièce d’eau et les montagnes au loin. Dans ce climat chaud, il est assez inhabituel de concéder toute cette surface vitrée au soleil. Et pourtant les architectes Claire Fatosme et Christian Lefèvre ont réussi à garder tous les bénéfices de cette orientation en minimisant l’impact de la chaleur : un généreux porte-à-faux limite l’incidence des rayons du soleil et un jeu de volets de bois permet de complètement fermer et isoler toutes les ouvertures, tout en offrant une agréable variation de matériaux sur ce projet de béton blanc aux lignes droites. A l’inverse, le soir venu, tous ces panneaux s’ouvrent pour profiter de la douceur ambiante. Entre cet engagement vers le Sud et le patio intérieur qui rafraîchit l’ensemble des pièces, la maison joue sur les frontières entre dedans et dehors pour le plaisir des propriétaires.

1

3

2

Photos: Fatosme & Lefèvre Architectes

10/ Les Bains de Mer Chauds, par Jean-Baptiste Pietri

Encore une fois au bord de la mer, dans le 7ème arrondissement de Marseille, ce projet hors-norme est probablement l’une des plus belles réalisations architecturales récentes : encastré dans les volumes des vieux quartiers de Marseille, cet ancien centre de thalassothérapie a été entièrement reconverti en deux habitations individuelles par l’architecte Jean-Baptiste Pietri. Le terrain possédait de très nombreux avantages et autant d’inconvénients : un accès direct à la crique, mais un dénivelé important. Une vue imprenable sur la mer, mais une servitude de passage et une forte densité des constructions environnantes. Presque tout l’ancien bâtiment a été abattu pour laisser place à deux maisons, l’une de 450 m² et l’autre de 150 m², dont l’écriture apparemment très simple a été influencée par les contingences du terrain pour laisser place à « de belles surprises architecturales », comme le dit l’architecte. De grandes baies vitrées agrémentées de persiennes s’ouvrent et se ferment à la convenance des occupants, comme une respiration de la maison qui peut entièrement s’ouvrir sur l’extérieur. Le tout se pare de blanc, un choix simple et presque moderniste qui rappelle, pour Jean-Baptiste Pietri, la couleur dominante de la ville lorsqu’on l’admire depuis la mer.

1 - Luc Boegly

2 - Luc Boegly

4 - Luc Boegly

Photos: Luc Boegly

 

Moi aussi je veux de l'architecture de qualité !

5 Comments
  • unmarseillais

    9 mars 2016 at 19 h 27 min Répondre

    On est bien loin de la maison pronvencale de tradition.. Dommage! Même si ça reste beau

  • Note DIBLE

    10 mars 2016 at 9 h 43 min Répondre

    Wonderful, i love villa M

  • L.A de marseille

    11 mars 2016 at 17 h 47 min Répondre

    mon rêve : La Maison de la Garde, par CCD Architecture

  • Pouxe

    12 mars 2016 at 18 h 17 min Répondre

    Si seulement en Provence on voyait plus souvent ce genre d’architecture audacieuse et intégrée au site plutôt que ces horribles maison neo provençales plus cheap les unes que les autres avec leur vilain crépi et leurs cigales en façade ….

  • Nakache

    13 mars 2016 at 15 h 05 min Répondre

    Heptart – O. Armand n’y figure pas et c’est bien dommage

Post a Comment